• MA MOMIE PREFEREE

    Encore, une fois Joël Lefrançois m'a contacté pour écrire une pièce destinée au jeune public, avec certaines contraintes : 4 comédiens, des chansons, le thème sera l'égypte (il revenait d'un voyage au Pays des Pharaons), ludique et interactif... bien voyons !!

    Et c'est parti, j'ai eu l'idée d'un voyage dans le temps :

    Alexandre, conservateur dans un musée raconte l'histoire de sa mère Zoraïde qui a vécu, dans les années 60, une aventure extraordinaire : alors qu'elle explorait une tombe égyptienne avec son professeur d'archéologie, le professeur Moijeu, la jeune égyptologue, fait la connaissance d'une momie, bien sympa et grâce (ou à cause) d'elle, la jeune étudiante se trouve transportée 3000 ans en arrière, environ vers l'an 1000 avant JC. En pleine Égypte pharaonique

    Elle retrouve la momie, qui ne l'était pas encore, répondant au nom de Ceymonphys. Ce dernier prétend être un roi.

    L'était-il vraiment ? Comment Zoraïde arrivera-t-elle à retrouver son époque ? quelles seront les épreuves, les évènements, les personnages et les aventures qu'elle devra croiser ? et, finalement, va-t-elle vraiment revenir en 1960 ???

              Les enfants du public participent à l'épopée de Zoraïde et grâce à leurs connaissances et de petites tablettes fournies à l'entrée, ils devront aider notre héroïne à revenir au XXe siècle.

     

    Pour en savoir plus : Photos, récit, dossiers technique et pédagigique :  CLIQUEZ ICI


    votre commentaire
  • cet arbre dont j'ai puisé ma sève


    votre commentaire
  • les photos de "ma momie préférée"
    Voir la galerie

    votre commentaire
  • pourquoi j'ai mangé mon pere
    Voir la galerie

    votre commentaire
  • Quand en 2002, Joël Lefrançois, m'a demandé de lire "Pourquoi j'ai mangé moi père" de Roy Lewis, je découvrais ce roman. Avant même que je n'ai eu le temps d'ouvrir une seule page, et même de poser mon regard sur la dernière de couverture, Joël me lance :

    - J'aimerais bien que tu m'en fasses une adaptation pour le théâtre.

    Mes pupilles se sont dilatées à ce moment précis. Ce n'est pas que j'étais contre le principe, c'est surtout, que je ne connaissais rien à ce principe. Le principe de l'adaptation !

    Un défi ? Chouette !!!

    Alors, je me suis calé ce petit mille feuilles reliées, entre les mains, j'ai enfilé mon costume de lecteur, et j'ai plongé. Arrivé au mot "fin", j'ai refermé le livre avec le sourire de l'homme heureux. Heureux d'avoir rit, heureux de n'avoir plus de soucis, heureux d'avoir pu circulé au milieu des hipparrions et autres mammouths sans risquer de se faire décapité par un ours ou transpercé par un machérode.

    J'ai voulu en faire une adaptation la plus proche possible du roman en tenant compte de plusieurs critères : le nombre de comédiens (7), la surface de la scène de théâtre et les limites d'un spectacle vivant, la durée (1 h.40 mm), le fait que le metteur en scène voulait intégrer des chansons (écrites par votre serviteur, composées et arrangées par Gérard Yon) et que l'action se situe à la préhistoire, comme dans le livre.

    Le premier jet a révélé un oeuvre de près de 4 heures. Il fallut donc faire des coupes. Le problème, c'est que dans ce roman, il n'y a rien à jeter. Alors la mort dans l'âme, j'ai tranché.

    Donc à présent l'objectif est : QUE CEUX QUI ONT LU LE ROMAN, SE RETROUVENT DANS LA PIÈCE et QUE CEUX QUI N'ONT PAS LU LE ROMAN AIENT ENVIE DE LE LIRE pour découvrir d'autres personnages, d'autres situations et 1000 fois plus de rire.

    Jouée pour la première fois le 7 mars 2003 au théâtre de l'éclat à Pont-Audemer, cette pièce a eu le privilège de prolonger sa vie à Barentin, Petit Courone, Gonfreville L'Orcher, Boissy Lamberville, au musée des antiquités de Saint-Germain-en Laye, puis aux grottes de Gargas, et enfin en octobre 2008 sur le site préhistorique de Samara dans la Somme.

    Edouard, le père : Patrick Desrues puis Yann Berthelot

    Vania, l'oncle : Jean-Claude Duboc

    William, je junior : Thomas Duboc

    Elsa, la fille et Griselda, la bru : Mathilde Lebréquier

    Oswald, l'aîné : Mathieu Létuvé

    Ernest, le cadet : Frédéric Seintignan

    Mathilde, la mère : Valérie Thoumire.

    Costumes : Christine Dufayet

    Décors : Jean-Robert Lefebvre

    Accessoires : Laurent Houdoux

    Création Lumière : Hervé Pujervie et Hervé Grignon

    Idée et Mise en scène : Joël Lefrançois

    Musique, voix, arrangements : Gérard Yon

    Adaptation, textes des chansons : Thierry Grandcamp

    Roy Lewis a écrit cette oeuvre en 1960 (année de ma naissance) pour connaître les dates de "jouage" et si vous voulez contacter la Compagnie du Théâtre des Trois Gros :  www.theatredestroisgros.com

    Dossier complet de "pourquoi j'ai mangé mon père". Cliquez ici



    3 commentaires